Secrets de Pros : Mettre en place ses cambers

Mettre en place ses cambers

 

QUAND ON GRÉE, IL N’EST PAS TOUJOURS FACILE DE PASSER LES CAMBERS. VOICI QUELQUES POINTS DE REPÈRES.

Une fois la voile déroulée avec les zips d’ouverture vers le ciel, enfilez le mât dans le fourreau en le passant au-dessus des cambers. Vérifiez que la tête de mât est bien en place et que les deux parties du mât sont parfaite- ment assemblées en faisant glisser la main sur le milieu du fourreau.

 

  • Une fois la voile déroulée avec les zips d’ouverture vers le ciel, enfilez le mât dans le fourreau en le passant au-dessus des cambers. Vérifiez que la tête de mât est bien en place et que les deux parties du mât sont parfaite- ment assemblées en faisant glisser la main sur le milieu du fourreau.

 

  • Donnez une prétension à la voile pour que le mât se courbe, en gardant de 10 à 15 cm de marge environ par rap- port à la tension définitive.

 

  • Avec certaines voiles, vous pouvez déjà placer vos cambers en passant une main dans le zip pour appuyer sur le camber, tandis que l’autre main le pousse vers le haut pour le fixer au mât.

 

  • Si le camber saute, c’est qu’il manque de la tension au pied de mât.

 

  • Si vous forcez trop pour le fixer, c’est qu’il y a trop de tension au pied de mât.

 

  • C’est le camber du bas qui pose le plus de problème : il faut d’abord le fixer avant de placer les autres et parfois même redonner un peu de tension avant de mettre en place ceux du dessus.

 

  • Surtout, ne forcez jamais : tout n’est qu’une histoire de dosage de tension au pied de mât.

 

  • Vous pouvez placer le wishbone avant de passer les cambers pour éviter le frottement de la voile au sol. Dans ce cas, il faut tendre suffisamment la voile en bas pour fixer le wishbone, puis détendre ensuite pour passer les cambers. • Vous pouvez donner une prétension au wishbone – mais pas trop, sinon les cambers ne passeront pas.

 

  • Parfois, il n’y a pas de zip en face du camber; il faut passer le bras dans le fourreau pour venir pousser d’une main sur le camber et le remonter avec l’autre main.

 

En fonction de l’âge de la voile, du type de mât et du modèle, la tâche peut s’avérer plus ou moins compliquée. Certaines nécessitent une prétension très précise pour passer les cambers, d’autres sont plus tolérantes.

 

À lire sur le même sujet