Trip : Boat Trip en eau chaude

Le médaillé de bronze aux derniers JO de Rio (Pierre Lecoq) emmène potes et matos de windsurf pour un Boat Trip caribéen qui sent bon les alizés.

 

Début février 2018, nous quittons la grisaille de la métropole pour nous envoler vers le soleil. On est un petit team de huit potes et avons pris tout ce qu’il fallait pour nous faire plaisir. Il y a des kites, des planches, des foils, tous les jouets sont là. C’est un moment que nous attendons avec impatience. En plein cœur d’un hiver assez rude, nous rêvons de soleil et d’alizés et nous ne connaissons pas ces deux îles d’Antigua et Barbuda. C’est à bord d’un joli cata de douze mètres que nous allons découvrir une autre façon de faire de la planche. Ce dernier qui nous attend à notre arrivée en Guadeloupe. Tout le monde trouve vite sa place et le matériel est sanglé sur le trampoline.

Le temps et l’humeur de l’équipage sont au beau fixe. On jette un coup d’œil aux prévisions, elles s’annoncent dingues ! On ne traîne pas au port et on fait cap vers Antigua à 40 milles au nord. Après quelques heures de navigation nous découvrons English Harbour, un des points névralgiques de l’île d’Antigua. L’ambiance y est particulière et vaut vraiment le détour. C’est ici que l’amiral Nelson abritait une partie de la flotte britannique, le lieu est chargé d’histoire. Après une balade, nous profitons d’un coucher de soleil inoubliable de la terrasse du bar restaurant Shirley Heights qui offre une vue panoramique sur toute la baie. Le lendemain, départ à l’aube, cap vers l’est avec en ligne de mire Green Island, réputée pour être un super spot. C’est une magnifique baie avec des petits îlots préservés et assez grands pour pouvoir se régaler en planche ou en kite. Le mouillage est très abrité de la houle mais garde quand même une bonne exposition au vent, sûrement un de plus beaux endroits pour s’éclater sur l’eau à Antigua.

 

Pendant deux jours, nous profitons de cette baie en enchaînant les sessions de foil, du matin jusqu’au soir. A la tête de la société Lokefoil, Kevin Festocq est aussi un ami de longue date et est venu équipé des ses derniers jouets. Ces deux premiers jours de navigation nous permettent d’en découvrir tout le potentiel. Nous finissons par quitter ce mouillage pour longer la côte est de l’île et rejoindre Great Bird Island. C’est une petite île très préservée, avec de nombreuses espèces d’oiseaux. Elle offre un panorama magnifique et des contrastes de couleurs saisissants entre la végétation et les eaux turquoises.La balade est rapide mais incontournable. En poursuivant un peu plus vers le nord, nous découvrons de nouveaux lagons qui sont parfaits pour les sports de glisse.La petite île de Long Island connue pour ses propriétés de milliardaires est aussi un super spot bien exposé à l’alizé.

Après cinq jours de croisière, nous contournons Antigua par sa côte est et prenons la direction de Barbuda, située au nord. L’ouragan Irma est passé en plein sur cette île et la plupart des habitants ont dû partir. L’endroit reste grandiose avec des plages de sable fin interminables et une eau turquoise. Le mouillage près de Cocoa Point nous donne accès à une plage paradisiaque qui s’étend à perte de vue avec ses palmiers et son eau translucide. C’est sans doute la plus belle découverte de notre voyage, un endroit parfait pour naviguer. On peut longer cette plage presque déserte qui s’étend sur la quasi-totalité de la côte ouest. Le plan d’eau est protégé de la houle mais l’alizé passe au-dessus de cette île très plate et reste soutenu. Les couleurs ici sont à couper le souffle, presque éblouissantes à la mi-journée. C’était le spot parfait pour faire chauffer le GPS en windfoil. Les vitesses atteignent vite 28/29 nœuds dans un vent moyen autours de 15-20 nœuds.

La visite de l’île et la rencontre des habitants est un grand souvenir. La population est restée très fière de ses valeurs et traditions, le dépaysement est total. On contacte facilement les guides par la VHF et ils nous proposent de visiter l’île, découvrir les sanctuaires d’oiseaux ou organisent des barbecues de langoustes sur la plage.

 

Le spot à ne pas rater est le bien nommé 17 Miles Beach, à Barbuda. C’est une langue de sable interminable à l’ouest du lagon de Codrington. C’est sans doute la meilleure définition du paradis. On peut tirer des bords pendant des kilomètres sur une eau translucide, totalement abritée de la houle. Nous passons trois jours sur cette île et enchaînons les heures de nav mais il est temps de penser au retour. Terminé les siestes sur le trampoline, on sangle les boardbags et on fait cap au sud pour rejoindre la Guadeloupe.

Cette fois, nous choisissons de passer à l’est d’Antigua pour découvrir une autre facette de l’île. Les paysages sont très différents. Les petites baies se succèdent, surplombées par des reliefs verdoyants. Cette côte est en revanche beaucoup plus abritée du vent mais les superbes conditions connues jusque-là nous ont largement rassasiés.

 

Antigua et Barbuda sont définitivement des destinations de rêve pour partir s’éclater entre potes. Les conditions sont parfaites pour le slalom, le freeride ou le foil. Partir en bateau est sans doute la meilleure option. Un cata est idéal car il a un faible tirant d’eau et permet de venir au plus près des plages. Il y a par ailleurs toute la place à bord pour embarquer tout le matériel pour des vacances inoubliables.

 

À lire sur le même sujet