Comment réussir ses photos de Windsurf (Partie I)

Comment réussir ses photos de windsurf (Partie I)

L’été approche, les journées rallongent et il est temps de frimer auprès des potes en postant quelques photos sur le Net ou en leur envoyant par mail. Afin de mettre toutes les chances de votre côté, voici une série de conseils et d’informations qui vous permettront de réussir vos photos de windsurf, et peut-être de faire un buzz sur la toile.

Passionné de photos depuis plus de vingt cinq ans, photographe professionnel depuis 2001, avec comme spécialité le windsurf, je suis également le rédacteur en chef de Planchemag depuis 2006. En presque 20 ans, j’ai réalisé près d’une centaine de reportages photo. J’ai couvert de multiples compétitions, dont les J.O. de Pékin en 2008. Une telle profession, qui fait souvent rêver, suscite de nombreuses questions telles que : comment réaliser telle ou telle photo ou quel matériel utiliser et, surtout, comment s’en servir…

Voici quelques conseils et astuces qui vous aideront à améliorer vos photos de windsurf… mais pas que.

Levi Siver shooté depuis la butte d’Hookipa au 300mm. F8 à 1/1250, ISO 125.

Quel appareil utiliser ?

Aujourd’hui, le grand public a le choix entre plusieurs types d’appareils photo : les compacts, les hybrides, les bridges et les reflex. Pour réaliser de bons clichés de windsurf, je vous conseille vivement de vous équiper avec un boîtier type « reflex ». Il vous offrira une plus large plage d’utilisation grâce, entre autres, à un capteur souvent plus grand (donc de meilleure qualité), des objectifs interchangeables, des vitesses d’obturation élevées, un autofocus (AF) très réactif qui vous permettra de mieux suivre l’action et une bonne cadence moteur pour shooter parfois en rafale.

 

Quelle marque choisir ?

Tout dépend de ce dont vous disposez déjà dans votre besace. Pour ma part, ayant débuté avec Canon à l’âge de 15 ans, je suis resté fidèle à cette marque (et cela dure depuis vingt sept ans). Certains préfèrent Canon à Nikon, ou l’inverse. En réalité, tout se vaut aujourd’hui chez Canon, Nikon, Sony et Pentax, les quatre principales marques revendeuses de boîtiers reflex « grand public ou entrée de gamme ». Le boîtier dernier cri à plus de 5 000 euros n’est pas forcément nécessaire pour shooter ses potes sur l’eau.

Aujourd’hui, et grâce aux évolutions de la technologie, de bons boîtiers entrée de gamme existent dès 500/600 euros. Certains sites comme la Fnac proposent même des packages « boîtier + objectifs » qui peuvent être très intéressants (à partir de 700/800 euros, que ce soit chez Canon ou Nikon). Plus les prix grimpent, plus le boîtier sera performant : capteur plus grand, mode rafale, autofocus plus rapide, moins de bruits dans les ISO élevés…

 

Quelle optique choisir ?

En windsurf, le sujet est sans cesse en mouvement et peut se trouver plus ou moins proche de vous en quelques secondes. Il est donc important de disposer d’un objectif type « zoom » vous permettant de toujours garder l’action la plus serrée dans le viseur. Le zoom de référence est souvent un 55-300 mm (ou équivalent selon les marques). En complément, vous pouvez aussi acheter un 18-55 mm que vous utiliserez davantage pour des images grand angle, quand vous privilégiez l’ambiance autour de l’action plutôt que le sujet en plan serré.

Attention, la longueur de la focale de l’objectif est importante, mais l’ouverture du diaphragme l’est aussi. Il est fréquent de trouver des 300 mm grand public ouvrant à F/4-5,6. Si vous habitez dans une zone très ensoleillée, elle sera suffisante et les prix ne seront pas trop élevés (500 euros). Si dans votre région, le soleil peut être assez timide, n’hésitez pas à chercher une optique ouvrant un peu plus, allant jusqu’à F/2,8. Ces optiques sont souvent plus chères car vous passez dans la catégorie de matos semi-pro à pro.

Cédric Bordes à Dakhla au 200mm. F2,8 à 1/1250, ISO 125.

 

Cédric Bordes à Dakhla au 24mm. F4,5 à 1/2000, ISO 125.

 

Se Servir de son appareil

Un appareil reflex est souvent muni, sur le dessus, d’une mollette où apparaissent plusieurs modes et programmes. Pour ne pas vous tromper en prenant le mode (A) pour le mode automatique, voici en général ce que signifie chaque lettre de cette mollette.

Auto : mode automatique

(P) : programme

(S) ou (Tv) : mode priorité vitesse

(A) ou (Av) : mode priorité diaphragme

(M) : mode manuel

+ les modes scènes

 

> Auto

Sur ce mode, tous les réglages se font automatiquement. L’appareil photo détermine tout seul un couple vitesse et ouverture du diaphragme en fonction de la lumière prise en compte par la sensibilité ISO et la focale.

 

> (P) : programme

Le mode programme est très proche du mode Auto, excepté qu’il vous permet de modifier certains réglages comme l’exposition, la balance des blancs, le type de lumière, le collimateur AF, la sensibilité du capteur ISO, etc.

 

> (S) ou (Tv) :  mode priorité vitesse

Ce mode vous permet de choisir la vitesse à laquelle vous souhaitez prendre la photo. Votre appareil sélectionnera alors le diaphragme (l’ouverture) idéal pour que votre cliché soit le mieux exposé. Pour le windsurf, utilisez une vitesse minimum de 1/640e ou 1/800e de seconde si vous souhaitez que votre sujet soit figé.

 

> (A) ou (Av) : mode priorité diaphragme

Le mode priorité diaphragme ou ouverture permet de choisir l’ouverture de diaphragme. L’appareil, lui, se chargera de déterminer la vitesse idéale pour que votre photo soit la mieux exposée possible. Ce mode vous permet donc de choisir la profondeur de champ de votre image, c’est-à-dire sa zone nette. Plus le chiffre sera bas (f/2, F/2,8…), moins la zone de netteté sera grande. Plus le chiffre sera grand (F/11, F/16), plus votre zone de netteté sera grande, et vous risquez donc moins d’avoir du flou. En photo sportive, cette notion est très importante car notre sujet se déplace parfois au sein de cette zone.

 

> (M) : mode manuel

Avec le mode manuel, vous êtes libre de choisir tous les réglages (vitesse, diaphragme, exposition, balance des blancs…). Le posemètre de votre appareil vous guidera pour vous indiquer s’ils sont bien adaptés. C’est un bon mode pour s’entraîner et comprendre certaines notions de la photographie.

 

> Modes scènes

Personnellement, je n’utilise jamais ces modes. D’après ce que j’ai lu sur des notices ou sur le Web, ils offrent des préréglages adaptés à chaque situation. Celui qui se rapproche le plus de ce dont nous avons besoin en windsurf est le mode scène sport.

Pour réaliser cette image j’ai utilisé un caisson photo étanche adapté à mon Reflex Canon. Je suis au 24mm. F7,1 à 1/1250, ISO 160.

 

À lire sur le même sujet