Secrets de Pros : Marcilio Browne

En 2016, sept waverideurs pros classés dans le top 20 mondial nous ont confié leurs préférences, quant au choix du matériel et des réglages. Astuces, conseils, bonnes idées : de quoi s’éclater dans les vagues, quels que soient son style et son gabarit.

 

Marcilio Browne

1,88m / 83Kg / Goya Sails & Boards

 

QUIVER

J’alterne entre des planches de série et des customs de 76 à 96 litres. En voile, j’utilise des Goya Banzai 4,5/4,7/5,0 à Maui, mais je descends à des 3,7/4,0 aux Canaries pour monter jusqu’à des 5,0/5,3/5,7 au Brésil.

 

AILERONS

J’utilise le set d’ailerons quad MFC 300 sur ma 86 litres; pour la 76 litres, j’opte pour 300 devant et 250 derrière; et je passe à 350 sur la 96 litres. Ce sont des ailerons de série, sauf pour Ho’okipa où ceux que j’utilise sont de forme plus étroite à la base avec un peu plus de longueur (9 cm devant et 14/15 cm derrière) : ils sont un peu plus lents, mais bouclent mieux les virages, avec moins de décrochements. Je choisis 15 cm si le vent est léger et si les vagues sont grosses, 14,5 cm dans les conditions habituelles, voire 14 cm si le vent est fort. Dans les vents légers, je pré- fère les ailerons en carbone : ils s’oublient davantage sous les pieds…

 

RÉGLAGES FLOTTEURS

Je positionne mes footstraps entre 20,5 et 21,5 cm de l’arrière à Ho’okipa et entre 16,5 et 19 cm dans les conditions on shore – plus précisément 16,5 cm dans les vents légers et 19 cm dans le vent fort. J’opte pour un écartement de 48 cm dans le on shore, et de 50 cm dans le side off. Le fait d’être moins écarté permet d’aller plus vite dans le on shore, pour sauter par exemple.

Je place le pied de mât autour de 1,30 m de l’arrière dans le on shore. Cela passe à 1,27/1,28 m avec 5,5/5,7 m2 sur mes plus grosses planches et cela peut aller jusqu’à 1,32/1,33 m sur mes planches aux rails plus parallèles et plus étroits à Ho’okipa : avec des footstraps plus avancés afin d’avoir plus de rail dans l’eau et un meilleur feeling dans les bottoms.

 

RÉGLAGES VOILES

Je mets moins de tension dans les grandes voiles que dans les petites. J’aime les voiles creuses et puissantes et, plutôt que d’aplatir, je préfère prendre la surface du dessous.

Je monte légèrement le wishbone lorsque les vagues sont petites dans le on shore : ça permet à la planche d’être plus vivante. Si le vent se renforce, je le baisse; c’est la même chose en waveriding (surf pur), où je me soucie moins du planing. Un wishbone bas rend le gréement un peu moins rapide, mais permet de renforcer l’appui sur l’avant du rail de la planche dans le bottom : parfait pour une meilleure conduite et plus de contrôle dans le vent fort avec un nez de la planche plus bas.

À lire sur le même sujet